Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 21:34
Jeudi 5 novembre

La nuit a été calme et réparatrice. Nous nous levons sous un beau soleil et prenons notre petit déj dans la rue sur notre table pliante. Pas grand monde à part quelques passants qui disent bonjour. En partant , nous faisons un petit détour, nous n'avons pas envie de retourner à la ville tout de suite. Nous allons au hasard au bord de la mer et tombons sur Néa Agathoupoli, un petit village de pécheur, impeccable pour casser la croute et faire une petite ballade au fil de l'eau.

Nous repartons ensuite pour Thessalonique pour aller nous poser dans un hotel équipé wi-fi : on pourra travailler sur le blog  tout en étant au calme dans une chambre. En soirée je sors sans Harriette (chose rare), elle se repose. Je flane dans le quartier Ladadika ou j'ai reperé quelques bars. Il est 22H, il n'y a pas encore grande monde. Vers 23H, les bars sont bien plus animés; Je croise une petite dizaine de concerts différents, principalement des duos: guitare-bouzouki, guitare-oud, guitare-guitare, guitare-piano.... Peut-être parce que je suis seul, je n'ai pas trop l'énergie d'entrer en relation avec des musiciens, de leur expliquer notre démarche, de déballer le matos, de demander aux artistes les informations sur les morceaux enregistrées (les noms et contacts de musiciens, les noms de morceaux, les noms des auteurs s'ils diffèrent des interprètes, etc...). Peut-être aussi parce que je ne trouve pas de musique qui "me donne les poils" (comme dirait Ulrich, un ami) je n'enregistre rien. Mais cette ballade me confirme à quel point la vie nocturne de Thessalonique est intense. Les grecs sortent tard pour manger ou boire un verre. A 22H les bars ne font qu'ouvrir !

Vendredi 6 nov

Pas très bien dormi. Décidément, on dort souvent mieux dans notre camion que dans certains hôtels à la literie pas trop potable. Temps beau et chaud à nouveau ! Petite ballade dans le centre ville et visite de la Tour Blanche, « la tour Eiffel de Thessalonique » d'après Mike. Une ancienne prison qui a été lavée (blanchie) par un prisonnier en échange de sa liberté. Aujourd'hui un musée de l'histoire de la ville. Tout est écrit en grec, du coup on ne pige pas grand chose....

Nous visitons quelques églises orthodoxes, nombreuses à Thessalonique. Agia Sofia nous a fait  forte impression. Les grecs sont assez religieux. Ici, les églises sont fréquentées, par les jeunes et les moins jeunes. On voit souvent les gens baiser les images de saints situés à l'entrée ou devant les églises. Des cierges brûlent un peu partout, devant chaque chapelle ou église, dans les rues on trouve souvent des mini-chapelles ou des cierges sont allumés. 


En nous baladant dans les rues de la ville, nous rencontrons un joueur de santour iranien (le meme instrument que l'on trouvait dans le groupe Alatav). Il joue par terre dans la rue et vend ses CD. Nous l'écoutons quelques minutes, faisons deux films (nous n'avons pas le matériel d'enregistrement avec nous) et discutons un peu avec lui. Il s'appelle Omid Tahmasebpur. Sa musique nous plait, aussi achetons-nous son CD.  Omid y joue avec des musiciens et instruments grecs, le mélange peut être intéressant.   Il  joue avec brio mais est peu enclin à parler, il préfère jouer et gagner de l'argent...Nous n'approfondissons donc pas la relation et en restons là, ce qui est déjà pas mal.  Vous trouverez un petit film ici.

Croisons quelques joueurs de back-gammon et de cartes attablés à des terrasses de café. Depuis la Turquie on n'avait plus vu ça. En Turquie 99% des cafés sont dédiés aux jeux, surtout au back-gammon. Ici ce n'est plus tellement le cas. Les gens sont justes assis , en train de siroter leur boisson. Quelle tristesse en comparaison ! Nous faisons beaucoup de comparaisons entre les deux pays, car, d'une part, il y a des nombreux points communs entre les deux cultures (même si les Grecs ne sont pas trop prêts à le reconnaitre...) et d'autre part, parce que nous venons de passer un mois en Turquie, alors ce pays nous a marqué peut-être un petit peu plus que les autres.   

ARGENT

La vie est chère ici. Depuis une petite semaine que nous sommes là, nous avons dépensé un tiers de plus que notre moyenne habituelle. Les prix pour les choses du quotidien sont moins élevés qu'en France, mais plus élevés que dans les pays voisins. Le hic, c'est que je n'ai pu de carte bleue depuis une semaine. Elle est périmée et j'attends qu'elle arrive au consulat français de Thessalonique. Nous avions prévu de passer une semaine seulement en Grece, c'est raté.

ALLEZ, ON SORT !

Tant pis, ce soir nous sortons : nous irons diner au restaurant ou travaille Mike, là où nous l'avons rencontré. Il y aura très probablement des musiciens , nous sommes en fin de semaine. En arrivant à la Taberna « Hiotis » ou il travaille,  Mike nous accueille chaleureusement et nous propose une petite table juste devant celle ou s'apprêtent à jouer deux musiciens. Impeccable, position stratégique ! Les deux instruments sont une guitare folk et un Bouzouki (ah, tiens !).
Il s'agit d'un style musical très répandu et apprécié ici qui s'appelle le rébétiko. Il parle souvent de femmes, de haschish, de prison et d'alcool , d'après un de nos compagnons de table.

 A 21 h , lorsque nous arrivons, la salle est un peu vide. A 22h, elle est pleine. Les artistes commencent seulement à se chauffer. Nous avons affaire à deux compères qui connaissent bien leur affaire. Efthemis (n°2, pas notre "Mike") au bouzouki et Thanasis à la guitare assurent.  Efthemis nous a particulièrement marqué de
par son jeu de bouzouki tres rock  rapide et puisssant, et son caractère particulièrement fêtard, bardé d'une voix rocailleuse que n'aurait pas renie Tom Waits avec une attitude à la Gainsbar. Nous échangeons tout le long de la soirée avec lui, presque entre chaque morceau. Un de ses amis s'invite à notre table et nous enseigne quelques trucs de la culture grecque.  Saviez-vous l'origine du mot OK ? Ce n'est pas americain , cela vient  du grec Ola  Kala = tout est bien.  

Nous quitterons la salle les derniers sur les coups de  3h du matin, la tête dans les étoiles. Nous aurons enregistré 14 morceaux et fait un CD pour les artistes, à leur demande. Nous envisageons de leur réserver une place sur le disque de « En route vers l'est ».


Samedi 7 novembre

Passé la nuit à l'orée d'une forêt de pins à la sortie de la ville. Temps beau et chaud, été indien.   Comme nous devons encore rester dans la région a cause de cette &*^{}:?">+ de  carte bleue, nous décidons de passer le week-end  dans le Chalcidique pour aller voir les beautés de la nature. Le Chalcidique est une région située au sud-est de Thessalonique, entourée par la mer Egée et composée de 3 fameuses presqu'iles. Après 100 KM et des paysages de champs d'oliviers nous arrivons à Gerakini, un village balnéaire comme il y en a partout par ici. 

 A cette période, le village semble presque fermé. Nous croisons peu de monde. Autour de nous des résidences d'été fermées. Les installations balnéaires sont laissées là, en attente de la saison prochaines. La plage pour nous tout seul ! Hélas , le temps s'est couvert et il commence à pleuvoir.  Le temps change souvent dans le coin.

Dimanche 8 nov

Levés sous la grisaille et la pluie, il ne nous reste plus que 5 semaine pour voir 6 pays et rejoindre la France. Le compteur se fait de plus en plus présent. Le camion a de plus en plus de mal a avancer. Je pense que le carburateur doit être encrassé, ou bien peut-être les bougies. Depuis la Roumanie, il a quelques ratés de temps en temps, mais là ça devient lourd, il se traine dans les montées, ce qui n'est pas dans ses habitudes.  Mais trouver un garagiste grec qui parle anglais n'est pas une mince affaire.  Mais revenons à nos îles.

Une des trois presqu'iles, le Mont Agios, est habitée par des moines depuis plus de mille ans et n'a ni route ni structures touristiques. Elle est même presque un étant dans l'état puisqu'elle jouit d'une certaine autonomie par tradition. Il ne s'agit pas d'un petit caillou : la presqu'ile doit faire une cinquantaine de km quand même et s'élève jusqu'à 2000 m. L'entrée y est interdite aux femmes et très limitée pour les hommes qui ne sont pas de confession orthodoxes.

L'une des deux autres iles est Kassandra, et c'est celle ou nous nous rendons.  Kassandra livre ses beautés petit à petit. Assez fade au nord,  l'île se fait de plus en plus belle et sauvage en allant vers le sud.  Les eaux se font bleus-vertes, forêts de pinèdes sur falaises de terres rouges. On se fait un bon petit restau de poisson, arrosé d'un verre de vin blanc grec pas terrible. 

Vous nous croirez ou pas, mais nous avons réussi à embourber le camion par deux fois sur cette île. Et dans la même journée s'il vous plait ! La 1ère fois, nous avons trouvé rapidement de l'aide et sommes sortis du bourbier ½ h après (qui dit mieux ?). Un tracteur nous a encore sau.  Nous arrivons ensuite à Paliouri, un petit village à l'extrême sud de l'île, avec une vue magnifique sur les eaux, les îles, et Sithonia, la  presqu'ile montagneuse d'en face.


Nous allons dans un café pour faire des copies de sauvegarde de nos photos, films et
musiques. La clientèle du café est 100 % masculine, autre point commun avec la Turquie. Sauf qu'ici il n'y a que des hommes murs. Tout le monde est scotché aux matchs de foot sur le grand écran du café. Un vieux nous dévisage pendant une heure.  Nous sommes des aliens. Mais personne ne fait trop attention à nous.   

Le soir, en cherchant un endroit ou dormir, le camion dérape sur de la boue et nous nous retrouvons dans un trou, le camion penché, impossible de sortir de là. Il est 21h30, les gens du village ne veulent pas sortir nous aider à cette heure, obligé d'attendre le lendemain et de dormir...penchés ! Nous sommes désespérés, fatigués...Marre !!!  Quelle sale journée ! Mais bien qu'inconfortable, la nuit n'a pas été si mauvaise.
 


Lundi 9 novembre


La chance tourne. Nous sommes réveillés à 8h par un bruit de camion. Un poids lourd essaie de passer mais nous lui bloquons la route. Nous faisons une tentative de tractage mais notre petite corde cède. Les gars, des livreurs de fioul, appellent quelqu'un. 10 mn après, un tracteur  arrive et sort le camion du trou comme s'il ne pesait que quelques kilos. J'adore les agriculteurs !

Nous quittons Paliouri en nous jurant de ne plus mettre les roues dans autre chose qu'une route bien bitumee et faisons le tour de l'île. Mais avant, nous voulons nous trouver une petite plage pour prendre un bain. Hé oui, nous sommes le 9 novembre, mais le soleil chauffe suffisamment pour tenter une incursion dans l'eau fraiche.  Et nous découvrons, juste à la sortie de Paliouri, un endroit paradisiaque. Une baie ou l'eau est transparente et beaucoup de poissons. Un vrai bonheur, bienvenu après la journée d'hier. Du coup on trainasse dans ce petit coin de paradis, on pick nique, on se baigne...Quel pied !
















Demain, si ma carte bleue n'est pas arrivée
, nous partirons quand même en Macédoine continuer l'aventure. Nous ne voulons pas avoir à courir pendant ces cinq petites semaines qui nous restent, aussi ne pouvons-nous plus nous permettre d'attendre. 

La grèce :  Une des choses qui nous a marqué dans nos dialogues avec les Grecs, c'est ce conflit avec la Macédoine. La Grèce ne reconnait pas le nom de ce pays voisin. TOUS les Grecs à qui nous avons dit que nous allions en Macédoine nous ont repris sur ce point : il ne faut pas dire la Macédoine mais « Skopia country » ou « Skopia » (=la capitale de la Macédoine). Pour les Grecs, la macédoine, c'est ici, le nord de la Grèce, terre fondée par Alexandre le Grand. D'après eux, ILS sont les vrais Macédoniens, descendants d'Alexandre le Grand , pas les habitant de « Skopia »qui leur ont piqué ce nom, ces usurpateurs. Lorsque Harriette a dit à notre voisin de table que nous allions au « pays de Skopia », il lui a répondu « je crois que tu as raison d'employer ce terme » ou quelque chose de cet acabit. Cette histoire revêt la plus haute importance pour eux !

Les Grecs nous ont paru un peu froids, voire un peu antipathiques au premier abord, mais encore une fois, nous sommes déformés par le prisme turc. Il y a  indéniablement moins de convivialité ici, mais nous avons fait quelques belles rencontres tout de même. Surtout Mike, que nous avons revu plusieurs fois dans la semaine. Mike travaille dans ce restaurant depuis 7 ou 8 ans, et il a 29 ans. Il travaille aussi comme géomètre de temps en temps pour arrondir les fins de mois. Il adore la musique et veut progresser dans la pratique de la guitare et du bouzouki (il s'en est acheté un récemment), uniquement pour son plaisir.

Allez, une derniere photo pour cette article et peut-etre pour la Grece puisque nous partirons probablement demain pour la Macedoine (enfin... je veux dire.... "Skopia country"...)



Mardi 10 novembre

Une bonne nouvelle pour notre dernier jour en Grèce, ma carte bleue est enfin arrivée. Nous pouvons donc quitter le pays sereins. Nous avions envoyé quelques cartes postales depuis la Grèce et avons remarqué qu'elles étaient vite arrivées. Nous profitons donc de la qualité de la poste grecque pour envoyer des copies de sauvegarde de tous nos fichiers (prises de son, photos et vidéos) à un ami en France. Nous allons dire au-revoir à notre ami Mike autour d'un café frappé (spécialité locale, excellent). Nous quittons Mike avec tristesse, c'est une belle personne. Nous nous promettons de rester en contact, mais ...nous reverrons-nous un jour ? Question eternelle....

Partager cet article

Published by Olivier & Harriette - dans Français
commenter cet article

commentaires

Michel 11/11/2009 18:23


Go Bubulle go! Tiens bon Bubulle, tu vas pas faire la gueule parce qu'ils t'ont maquillee en camion France Telecom.
Message signé du comité de soutien à Bubulle


Olivier & Harriette 11/11/2009 21:31


Avec un tel soutien, je pense que ça va aller. Effectivement nous faisons la pub pour France Telecom, tu nous en veux pas trop, j'espère..... Bise de Oliv & Harr.


Présentation

  • : En route vers l'Est et...musiqueS !
  • En route vers l'Est et...musiqueS !
  • : Blog créé autour d'un projet de voyage autour de la musique dans les pays de l'Europe de l'Est.
  • Contact

Liens