Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 17:56

BELGRADE


Ma première impression de la ville n'est pas enthousiaste. Une grande ville ( 2 M d'habitants) aux grandes avenues (encore), ce jour-là baignée dans la brume, ambiance froide. Peu, très peu de gens dans les rues. 


Nous nous garons un peu au hasard dans le centre, nous ne sommes pas loin du « Tube », le lieu ou Naked seproduit ce soir. Nous le trouvons assez vite. Nous sommes les premiers à arriver dans ce lieu esthétiquement intéressant. Imaginez un long rectangle flanqué perpendiculairement de plusieurs pièces également rectangulaires formant des petits salons. Le tout - en béton brut - éclairé par des lignes d'ampoules ressemblant à des ampoules d'ampli de guitare ("tubes" en anglais).

 

 

Le barman nous accueille en nous offrant un verre dans un anglais parfait agrémenté de quelques mots de français. Le groupe doit démarrer à OH, il n'est que 23H.  On nous offre une deuxième tournée ! Nous commençons à trouver ces Serbes fort sympathiques. Bahne a prévenu le manager de notre visite. Nous sommes bien accueillis !   Le manager vient nous trouver lorsque le groupe arrive et nous présente à Bahne. Entre Bahne et nous, le courant passe immédiatement. Bahne (diminutif de Branislav), 30 ans,  est un homme sympathique, à l'écoute et ouvert. Il est tout de suite d'accord pour que nous enregistrions le groupe.

 















THE "NAKED" EXPERIENCE

 

 Comme à son habitude, Naked joue une partie de son répertoire en improvisation, notamment le premier morceau, ce que l'on peut appeler une belle prise de risque. La musique de Naked n'est pas forcément évidente à la première approche. Il m'aura fallu quelques morceaux pour rentrer dans leur univers. Mais une fois rentré, j'aurais voulu que le concert dure encore deux heures de plus. Le groupe est composé de deux bassistes, un batteur, un guitariste, un accordéoniste, un violoniste. Le tout joué avec de nombreux effets, là où on ne les attend pas forcément. Leur musique est une alchimie de jazz, de funk, de folk, jouée sur scène avec une puissance toute rock and roll ! Comme le précise leur album "Noyz" : "best enjoyed live !"

 

L'acoustique de la salle n'est pas très bonne :  toute en longueur, en béton et ayant peu d'élément absorbant, il y a une assez forte réverbération, et tout le groupe est amplifié par une sono, ce qui est loin d'être idéal pour faire de la prise de son stéréo. Je tente différentes positions des micros (toujours en ORTF), et je m'essaye à une nouveauté pour moi : je vais poser les micros SUR la scène, devant les "retours" et près des musiciens. Le résultat est intéressant, j'ai une bonne prise acoustique de la batterie et de l'ampli basse de Bahne, qui a un son et un jeu particulièrement savoureux.

 

A la fin du concert, le DJ passe ses disques , Bahne et le batteur reprennent leur instrument et jamment sur la musique. Ces deux là sont à fond ! Il est 3h du matin, il es temps pour nous d'aller nous coucher ! Nous prenons le camion et allons nous poser en sortie de la ville.

 

 


Le lendemain matin, nous recevons la visite des gens en face de chez qui nous nous avons passé la nuit.  Nous

 

ne nous en étions pas rendu compte , mais nous nous sommes posés SUR le garage de quelqu'un, qui ne s'en offusque pas le moins du monde, bien au contraire, il ne voit pas d'inconvénient à ce que nous revenions la nuit prochaine ! Ils nous offrent un café et discutent un bon moment avec nous. Sympa !

 

 

Nous visitons un peu le centre de Belgrade, bien qu'il soit déjà tard. Ici, il fait nuit à 16H30. Nous allons voir un hostel, ou nous faisons la rencontre de Miguel, un jeune routard, un Suisse d'origine espagnole. Miguel voyage en Europe de l'Est depuis trois mois. Son budget tire vers sa fin, alors pour renflouer les caisses, Miguel cherche du travail, et donne un coup de main à l'hostel en échange du gîte. Nous appelons Bahne, il nous invite à diner chez lui et vient nous chercher en voiture.  Cela nous évite de longues pérégrinations pour trouver leur adresse. A Belgrade, les rues sont écrites en cyrillique, tandis que le plan que nous avons est en alphabet latin...pas évident de s'y retrouver, et c'est souvent ainsi.

 

Nous passons une belle soirée en compagnie de Banhe et Mika, sa compagne, qui nous invitent à rester chez eux.  Bahne a participé à de nombreux projets, joué avec des musiciens de différents pays, et dans de nombreux lieux de Belgrade, de Serbie, et d'autres pays. Il joue essentiellement dans deux groupes : NAKED et RARE. (on peut aisément trouver des pages myspace ou autres sur le web). Il est un des principaux moteurs de "Naked" pour qui il fait aissu office de manager avec le batteur.  Mika travaille comme assistante dans une entreprise israélienne spécialisée dans l'environnement. Elle parle un très bon anglais qu'elle a appris à l'école, à la télévision, dans des livres....Self-made woman, comme beaucoup de gens par ici. Et fast-thinking girl ! 

 

Nous passerons les deux jours suivant en leur belle compagnie, un peu à visiter la ville, beaucoup à discuter chez eux. Nous échangerons autour de la musique, de la Serbie, de la France, ou encore de la Bosnie et du Monténégro où Bahne et Mika se rendent régulièrement, nous jammerons un peu, et tout ceci nous fera encore une bien belle rencontre, que nous ne sommes pas prêts d'oublier. Nous les quitterons avec beaucoup de tristesse. Mika et Bahne nous ont beaucoup appris sur leur pays. Ils nous expliquent par exemple que pendant les bombardements de l'OTAN sur la ville, les gens allaient sur les ponts pour constituer des cibles humaines et les défendre (les ponts reliant les deux rives du fleuve séparant la ville étaient des cibles privilégiées des bombardements). Nous les remercions pour cela.


BYE BYE SERBIE

 

Nous quittons la Serbie par le sud-ouest de Belgrade, en direction de Sarajevo. Nous aurons peu visité la ville mais nous y aurons fait une si belle rencontre,  qu'elle nous aura fait aimer ce pays et cette ville. Nous sommes entrés à Belgrade dans la brume, nous la quittons sous la brume, ce qui lui donne un air un peu mystérieux de grande métropole de l'Est.

 

Notre dernière étape serbe se situe à çaçak (prononcer tchatchak), ou nous irons voir le monastère orthodoxe de Sretenje, au bout d'une toute petite route grimpant dans la montagne. Nous sommes accueillis par d'aimables sœurs qui ne parlent pas bien anglais mais qui nous offrent du thé et des loukoums faits maison, s'il vous plait ! Elles nous font visiter leur chapelle, très bien conservée (15ième s), dont les murs intérieurs sont entièrement couverts de fresques. Autour, ce ne sont que montagnes et forêts. Ici, c'est un petit bout du monde.  Silence, isolement, recueillement et communitarisme.

 

Sur la route vers la Bosnie, nous prenons Sasha en stop. Sacha est un bosniaque de 22 ans qui travaille en Serbie, à Novi Sad. Il revient dans sa ville natales pour refaire son passeport et voir sa famille qu'il n'a pas vu depuis 11 mois.  Il nous fera faire un tour de Visegrad (« Vitchégrad »), notre premier arrêt bosniaque.  Mais c'est une autre histoire..... 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier & Harriette - dans Français
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : En route vers l'Est et...musiqueS !
  • En route vers l'Est et...musiqueS !
  • : Blog créé autour d'un projet de voyage autour de la musique dans les pays de l'Europe de l'Est.
  • Contact

Liens