Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 17:35

La serbie ne faisait pas non plus partie de notre itinéraire prévisionnel puisque nous avions prévu d'aller au Monténégro. Mais, après quelques rencontres et discussions, nous nous sommes dit que cela valait le coup d'aller a Belgrade et donc d'en profiter pour visiter un peu le pays. ET puis, ayant quelques connaissances serbes, nous avions envie de connaître ce pays. Nous n'irons donc pas au Montenegro puisque depuis la Serbie nous rejoindrons la Bosnie, puis la Croatie et la Slovénie. Et ce sera la fin de notre périple, qui arrive bientôt puisque nous devons être de retour en France pour le 15 décembre.

 

Nous arrivons  en Serbie ce lundi 16 novembre par le Sud. La première ville que nous rencontrons est Presovo. Il fait déjà nuit, aussi ne nous attardons-nous et nous cherchons un endroit ou passer la nuit. Ce sera là :

KOSOVO ?

Nous ne le savons pas encore mais nous sommes ici tout près du Kosovo. Sur l'arrêt de bus sont écrits UNDP et EU. Partout, des panneaux mentionnant les programmes de développement des Organisations internationales : UN, UNICEF, USAID, CHF, etc. Ces organisations ont financé une grande partie de la reconstruction de cette région après la dernière guerre (de 1992 à 1995). Nous nous dirigeons vers Pristina. Nous traversons de nombreux villages sans nom. La route , petite est impeccable. La grande majorité des maisons sont en parpaings rouges apparents et ne sont pas finies. Ambiance post-guerre ? La guerre est finie depuis une dizaine d'années mais toutes les blessures n'ont pas été effacées.


Sur la route vers le Kosovo, tout à coup, un check-point. Contrôle d'identité. Nous passons sans encombre, roulons encore quelques kilomètres, et arrivons à un poste frontière : le Kosovo. Le poste est là depuis peu : les installations ne sont pas encore construites en dur, ce sont des "algecos". Nous avons la mauvaise surprise de découvrir qu'il faut payer une assurance pour le Kosovo. Dans notre cas, elle se monte à 120 € (50€ pour une voiture). Pour passer deux ou trois jours ici, c'est bien trop cher. Nous faisons demi-tour et reprenons la route vers le Nord, vers Belgrade.

 

VRANJE

 

Notre premier arrêt se situera  dans la ville de Vranje, une ville moyenne ou nous pensons avoir une chance de trouver des musiciens. Malheureusement, nous tombons en plein deuil. La pays vient de perdre son patriarche, Pavla. Trois jours de deuil jusqu'à après-demain, ce qui signifie pas de concerts.

 

 

 








Tant pis, nous visitons un peu la ville, cherchons désespérément un laverie que nous ne trouverons pas. C'est un vrai problème que de trouver des laveries dans ce voyage.   On se fait un bon petit restaurant , ce qui me donne l'occasion de gouter un vin de la région de Vranje, pas  mauvais mais qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Nous discutons avec Igor, un serveur qui parle très bien anglais. Comme beaucoup de gens, il l'a appris un peu à l'école et beaucoup dans les films et séries télé. Il nous dit gagner 150 € , payer un loyer de 100 € et faire vivre une famille avec ce qu'il reste. Gasp ! Mais il garde le sourire...et espoir. Après une bonne nuit à l'hôtel, quelques démarches et une rapide visite de la ville qui ne vaut pas particulièrement le détour, nous repartons.


 

KRUSEVAC 

 

Nous roulons une heure et demi sur l'autoroute pour ne pas perdre trop de temps. Nous la quittons vite , elle est bien trop chère (8€ pour faire 100 km). Nous décidons d'arriver à Belgrade par une route type nationale, qui nous fait passer par différentes villes. Nous  nous arrêtons à Krusevac (prononcer Kroutchévac, toujours en roulant les r). Ville insipide aux allures post-communistes, elle semble suffisamment grande pour essayer d'y trouver quelque chose. Nous cherchons encore une laverie, toujours pas de laverie. Un fax ? Non plus. Café internet ? Ok mais la connexion est lente. Hum... Nous rencontrons une jeune femme, Katarina, qui nous guide pendant quelques minutes dans la ville. Nous allons voir la forteresse du prince Lazar, une ruine témoin d'une grandeur passée (sous le règne ottoman, la ville s'appelait « Alaja Hisar », soit « la ville aux multiples couleurs »).

 

Nous ne trouvons rien qui nous donne le moindre signe d'une activité musicale. Nous prenons le chemin du retour vers le camion. En désespoir de cause, nous rentrons à tout hasard dans un bar-club, le Scena.  Un lieu à la déco très soignée et branchée et assez grand. Il vient d'ouvrir il y a deux jours.  Les deux barmaids nous accueillent avec de grands sourires et une grande gentillesse. Nous discutons un peu, nous leur parlons de notre démarche. L'une d'entre elle, Maja (Maya), veut nous aider et nous parle d'un groupe qu'elle connait et apprécie beaucoup : NAKED. Elle en parle comme d'un groupe difficile à classer. Elle contacte son petit ami qui connait bien un membre du groupe.  Quelques minutes après nous avons le numéro de Bahne, nous l'appellerons demain. Le groupe est basé à Belgrade.  Nous y serons très bientôt. Pour le moment, nous allons nous poser quelque part à la sortie de la ville, au bout d'un petit chemin, en face de deux maisons.

 

 

Le lendemain matin, nous avons la bonne surprise de voir que nous nous somme posés devant une fontaine. Nous en profitons pour laver le camion ainsi que quelques vêtements qui attendent désespérément depuis plusieurs semaines.... Nous recevons la visite d'un homme aux allures de bucheron qui vient avec une énorme bouteille remplie de Raki qu'il produit lui-même.

 


Évidemment, il nous offre un verre. Il n'est que midi et nous avons pris notre petit déjeuner il n'y pas si longtemps...je le gouterai quand même, par politesse. L'homme ne parle pas anglais, nous ne parlons pas Serbe, mais nous nous comprenons très bien.  Des grands -mères et une petite fille viennent chercher de l'eau. Elles sont surprises de nous voir ici, nous bousculons peut-être un peu leurs habitudes. 

 

Nous appelons Bahne, notre contact à Belgrade. Il a déjà entendu parler de nous, et il est d'accord pour nous rencontrer. Il se trouve que son groupe joue ce soir à Belgrade. Aussi partons-nous dare-dare pour  être à l'heure. Nous sommes le dernier jour de deuil, aussi le groupe ne jouera qu'à partir de minuit. Effet du deuil, la radio ne diffuse que des musiques instrumentales, reprises de standards internationaux. Nous roulons plusieurs heures sur une route à une voie très fréquentée.  Et arrivons enfin à Beograd (=ville blanche), quelques 250 km plus loin. 

 


 

Partager cet article

Published by Olivier & Harriette - dans Français
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : En route vers l'Est et...musiqueS !
  • En route vers l'Est et...musiqueS !
  • : Blog créé autour d'un projet de voyage autour de la musique dans les pays de l'Europe de l'Est.
  • Contact

Liens